On lit quoi? – « La jeune fille et la nuit » – Guillaume Musso

La jeune fille et la nuit – Guillaume Musso – 440p – version papier – Editions Calmann-Lévy

 

 

Résumé : Un campus prestigieux figé sous la neige
Trois amis liés par un secret tragique
Une jeune fille emportée par la nuit

Côte d’Azur – Hiver 1992
Une nuit glaciale, alors que le campus de son lycée est paralysé par une tempête de neige, Vinca Rockwell, 19 ans, l’une des plus brillantes élèves de classes prépas, s’enfuit avec son professeur de philo avec qui elle entretenait une relation secrète. Pour la jeune fille, « l’amour est tout ou il n’est rien ».
Personne ne la reverra jamais.

Côte d’Azur – Printemps 2017
Autrefois inséparables, Fanny, Thomas et Maxime – les meilleurs amis de Vinca – ne se sont plus parlé depuis la fin de leurs études. Ils se retrouvent lors d’une réunion d’anciens élèves. Vingt-cinq ans plus tôt, dans des circonstances terribles, ils ont tous les trois commis un meurtre et emmuré le cadavre dans le gymnase du
lycée. Celui que l’on doit entièrement détruire aujourd’hui pour construire un autre bâtiment.

Dès lors, plus rien ne s’oppose à ce qu’éclate la vérité.
Dérangeante
Douloureuse
Démoniaque…

Plus

Publicités

On lit quoi? – « Chanson douce » – Leïla Slimani

Chanson douce – Leïla Slimani – 228p – version papier

 

Résumé : Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Plus

On lit quoi? – « Rose » – Sylvie Etient

Rose – Sylvie Etient – Editions Carnets Nord-  159p – version papier

 

Résumé : Rose aime Milo, mais elle s’aime aussi au point de prendre des risques. Risque de changer radicalement de vie et d’oser devenir, à cinquante-deux ans, une femme indépendante dans tous les domaines : amour, profession, sociabilité. C’est du moins son projet qu’un burn out rendra encore plus évident. Énergique, lucide, sentimentale, audacieuse, voici quelques-unes des qualités de Rose. Il faut y ajouter l’humour, le goût de la vie évidemment. Mais ce n’est pas si facile. L’indépendance a un prix. Par exemple que fait Milo tandis qu’elle se débat, sans argent, avec la vie quotidienne ? Voici un roman qui sous des apparences légères aborde des sujets profonds : rôle de la femme dans la société, considération sur l’autre et amour de soi, estime de soi et estime de l’autre.

Plus

On lit quoi? – « Eloge de la faiblesse » – Alexandre Jollien / Eric Corbeyran / Nicolas Tabarry

Eloge de la faiblesse – Alexandre Jollien / Eric Corbeyran / Nicolas Tabarry – MARAbulles –  64p – version papier

 

 

Résumé : Pour passer le temps, Alexandre Jollien, handicapé depuis sa naissance, s’invente un dialogue avec Socrate. Au travers de cet échange il nous conte de façon directe, drôle et parfois brutale sa jeunesse passée en institut spécialisé. « Éloge de la faiblesse » est  tout autant une tranche de vie qu’un parcours initiatique et philosophique : c’est un savant mélange d’humilité, de sagesse et d’irrévérence ! Depuis une vingtaine d’années, la bande dessinée est capable de tout. De tout dire. De tout montrer.Si le texte est emprunté, mot pour mot, à l’ uvre originale d’Alexandre Jollien,  la BD a été totalement redécoupée et séquencée en une série de tableaux, qui rendent la lecture extrêmement fluide et possiblement aléatoire.Le choix affirmé d’un style graphique, non réaliste, très éloigné de la réalité, permet d’éviter tout voyeurisme, toute complaisance et surtout toute censure, voire pire, toute autocensure. Eric Corbeyran, scénariste à succès, et Nicolas Tabary, dessinateur de renom, se sont lancés dans l’adaptation de ce texte à corps perdus.Mettre en scène le travail d’un auteur n’est jamais simple,  mais lorsqu’il s’agit de mettre en image le génie et la sensibilité d’Alexandre Jollien c’est encore plus compliqué. Et pourtant… Le résultat est là : une BD riche d’émotions, une BD riche de la faiblesse de ses auteurs.

Plus

On lit quoi? – « L’amour au temps d’une guerre – tome 3- 1945/1948 »- Louise Tremblay d’Essiambre

L’amour au temps d’une guerre – Tome 3 – 1945/1948 – Louise Tremblay d’Essiambre – Editions « France Loisirs » – 347p – version papier

 

Résumé  :  Même si la guerre est terminée, la vie tarde à reprendre son cours. Tandis que les survivants peinent à guérir leur âme écorchée, les disparus, eux, laissent des traces indélébiles et des cours brisés. En Europe, la famille Nicolas trime dur pour faire renaître le verger tandis que Jacob veille à bâtir un avenir pour ses deux filles à Paris où, jadis, ils vivaient tous heureux avec Bertha. Brigitte, quant à elle, tente de surmonter la disparition de son beau Canadien auprès de Madame Foucault et de la petite Éva tandis que Gilberte, au Québec, se dévoue à aider son bon ami Ernest à surmonter la perte de son fils. L’amour triomphera-t-il réellement sur l’adversité?

Mon avis : Ne passons pas par quatre chemins, j’ai vraiment adoré les deux premiers tomes de cette saga (souvenez vous je vous en parlais ICI pour le tome 1 et ICI pour le second ) … mais ce troisième se sera vu terminé dans la souffrance. Je m’explique, je vous avais confié que le premier tome m’avait embarqué dans l’intrigue, que les personnages m’avaient tous plu, tous touchée… Dans le second, là encore, j’avais été séduite mais j’avais déjà vu poindre quelques longueurs … qui auraient pu, auraient dû me mettre la puce à l’oreille… Que nenni!!! je n’ai pas vu venir que ce troisième tome me semblerait décevant comparé à ses deux aînés…

Au début de cette partie qui nous raconte l’après-guerre, la reconstruction des biens et des âmes, j’avais une certaine émotion à retrouver les personnages… tous… et puis… je les ai trouvés de plus en plus prévisibles, de plus en plus lisses et moins touchants. J’attendais quelque chose qui ne venait pas et qui n’est pas venu :/ … en réalité, je trouvais l’histoire bien plate. Alors oui je ne le nierais pas j’ai même fini par sauter quelques pages en fin de livre pour rejoindre un épilogue pas vraiment surprenant là non plus… Finalement mon imagination aurait pu faire seul le travail que nous donne le tome 3… et je trouve cela vraiment dommage!! Cela vient finalement ternir le bilan global de cette saga qui pourtant démarrait de bien belle manière.

J’ai tenté en vain de trouver un point positif pour terminer cette chronique mais je ne voulais pas vous sortir un baratin classique sans saveurs, je terminerais juste donc en disant que globalement cette saga aura été une lecture sympathique, plaisante même si le troisième tome aura été assez décevant.

Ma note sur 5 : ❤ ❤ ❤

Si il vous tente, retrouvez-le en version intégrale chez France Loisirs, ou en format numérique disponible sur Amazon par exemple ICI .

On lit quoi? – « L’amour au temps d’une guerre – tome 2- 1942/1945 »- Louise Tremblay d’Essiambre

L’amour au temps d’une guerre – Tome 2 – 1942/1945 – Louise Tremblay d’Essiambre – Editions « France Loisirs » – 448p – version papier

Résumé  :  Dans le deuxième volet de cette série dont l’intrigue se déroule sur deux continents, les grands événements de l’Histoire teintent le quotidien de gens qui nous sont chers. Tandis qu’en France Bertha et Jacob Reif, Brigitte, Rémi, Françoise et sa famille subissent directement les affres du conflit et s’affairent à survivre, Gilberte, Ernest et leurs proches tentent au Québec de trouver un sens à cette guerre horrible. Des camps de la mort au débarquement de Normandie, de l’occupation de Paris aux villes anonymes dans lesquelles les épouses essaient de se fondre en vue de de protéger leur famille ou encore des rues de Québec aux villages de Charlevoix, la cruelle réalité de la vie en temps de guerre se déploie. Avec une douloureuse acuité, L’amour au temps d’une guerre nous invite dans le cour de ces gens admirables à qui on souhaite le salut. Mais bien que la fin du conflit permette des retrouvailles bouleversantes pour quelques élus, elle dénombrera également beaucoup trop de vies perdues ou brisées. Heureusement, l’amour, lui, trouve toujours la force de vaincre

Mon avis : Vous vous souvenez peut être je vous avais confié ma très bonne impression du premier tome de cette saga familiale se déroulant pendant la Seconde Guerre Mondiale ICI. J’avoue que je craignais que l’histoire s’essouffle pendant ce 2e tome… et bien non!! La guerre nous y est contée avec beaucoup de réalisme et on sent un immense travail en amont dans la construction de ce roman. Les passages se déroulant à Auschwitz sont terriblement poignants, douloureux presque mais ce n’est pas le seul passage émouvant, le débarquement également aura été source d’émotions à la lecture de ce passage.

J’ai pris autant de plaisir à lire ce second tome que le premier. J’ai apprécié retrouver la plume de Louise Tremblay d’Essiambre autant que ses personnages. Je ne cache pas que contrairement au premier tome, je déplore quelques longueurs dans la narration.

La disparition d’un des personnages m’a énormément touchée tout en me laissant sur ma faim… je pressens, j’espère même que le tome 3 répondra à mes interrogations.

Ma note sur 5 : ❤ ❤ ❤ ❤

Si il vous tente, retrouvez-le en version intégrale chez France Loisirs, ou  sur Amazon par exemple ICI .

On lit quoi? – « La vengeance du pardon » – Eric-Emmanuel Schmitt

La vengeance du pardon – Eric-Emmanuel Schmitt – 336p – version papier

 

Résumé : Quatre destins, quatre histoires où Eric-Emmanuel Schmitt, avec un redoutable sens du suspens psycho- logique, explore les sentiments les plus violents et les plus secrets qui gouvernent nos existences.
Comment retrouver notre part d’humanité quand la vie nous a entraîné dans l’envie, la perversion, l’indifférence et le crime ?

Plus

Previous Older Entries

Eirine et ses lectures

"Le mot qu'on écrit a une puissance étonnante. Il faut le manier avec prudence." - Coeur d'encre 📚

Lirevivre

Les lectures d'Imagimarion

Lire à la folie

"Privé de la lecture, je serais réduit à n'être que ce que je suis." L'Enfant des Limbes, Jean-Bertrand Pontalis

Les notes de Grâce M.

Je lis, j'écris, je vis

L'ourse bibliophile

Brimborions et broutilles. De simples mots sur un livre, un film...

Lula Papote

Blog littéraire et autre blablas

La paupiette culturelle

A la recherche d'un avenir...

dear ema - blog littéraire

a book, a coffee, a cat

La Voleuse de Marque-pages

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait apaisé" Diderot

À travers les mots

à travers mes mots , je vous donne mon avis .

sireadbooks

Amatrice et chroniqueuse livresques