On lit quoi? – « Un Eté 48 » – Emmanuel Prost

Un été 48 – Emmanuel Prost – Editions France Loisirs – 466p – format papier

 

 

RésuméJuillet 1948. Les premières familles de mineurs arrivent au château d’Agecroft, à La Napoule. Un séjour inoubliable pour ces gens du Nord, et en particulier pour le jeune Tienot. Les villages pittoresques, les bals, les filles en Bikini sur la plage… et Bella, la fille du directeur du centre de vacances, dont il tombe amoureux. Soixante-cinq ans plus tard, le souvenir de ce bel été reste entaché d’un mystérieux événement, survenu un soir de fête à Noyelles-sous-Lens, que la mémoire de Tienot ne parvient pas à restituer. Que s’est-il vraiment passé, cette nuit de septembre 1948 ?

Mon avis : J’ai  rencontré Emmanuel Prost lors de mon passage au Salon du Livre D’Ecques en mai dernier. Nous avons échangé quelques mots… beaucoup de mots… Je l’ai écouté me raconter son livre (sans spoil évidemment), j’ai bu ses paroles… je mourais d’envie de repartir avec son roman… manque de pot j’avais déjà explosé mon budget prévu … et comme les Crapauds et les grenouilles ben ça doit manger… je suis rentrée, l’âme en peine… 😉 . Peu de temps après, Emmanuel était en dédicace pas très loin de chez Mamy Frog… Je lui ai conseillé d’y aller, certaine qu’elle aussi serait charmée par ce livre… Elle y est allée, et comme moi, a trouvé l’auteur adorable et chaleureux. Mamy Frog a donc acheté « Un été 48 » et « Les enfants de Gayant », l’un pour « Grand Mamy Frog  » (faut suivre la famille est complexe -> ma grand mère) et l’autre pour sa belle-maman. C’est en discutant avec Grand Mamy Frog du livre que je lui ai confié que j’avais très envie de le lire moi aussi, il n’en fallut pas plus… il m’a été prêté…. (oui tout ça pour dire ça ^^)

Passons donc à mon avis sur le livre… J’ai très vite été captivée par l’histoire, les personnages… J’ai adoré les suivre dans leurs milieux géographiques, sociaux, culturels… L’histoire de Bella m’a particulièrement remuée. L’écriture d’Emmanuel Prost est touchante, pleine d’émotions, sans devenir emphatique… Il décrit des décors, des hommes, des femmes, des souvenirs, des chansons, il décrit la France de 1948, les gens du Nord qui découvrent les gens du Sud, et inversement. J’ai trouvé que ce roman était une bien belle déclaration d’amour à la France d’après-guerre, celle qui se relève, celle qui revit, qui chante, qui sourit, qui se satisfait d’un rayon de soleil pour être heureux.

J’ai souri très souvent avec le personnage de Jedjé , mon préféré, qui m’aura touché sur la fin du roman, Jedjé, c’est le gars qu’on aimerait connaître, celui qui joue les gros durs avec le coeur sur la main, celui égaye la vie des autres juste par sa présence, celui qui offre le sourire dès qu’il ouvre la bouche. J’ai aussi aimé Tienot et Bella mais vraiment Jedjé aura été, la petite bouffée de légèreté , mon chouchou!!!

J’ai aimé découvrir cette grande aventure qu’a été pour les mineurs que cette possibilité de passer 2 semaines de vacances dans le centres de vacances des Houillères, parce que si vous ne le saviez pas, La Napoule a vraiment accueilli des mineurs pendant leurs congés à partir de 1948.

L’écriture d’Emmanuel Prost est soignée, fluide est agréable à lire. On suit ce roman par une alternance de narration, tantôt Tienot, tantôt Bella, chacun leur tour ils nous ouvrent les portes de leurs ressentis, de leur vision des choses. J’ai aimé cette alternance qui ne m’a posé aucun problème de lecture.

Sur le fond, on suit donc 4 familles de mineurs accueillis au château d’Agecroft de Mandelieu-la-Napoule. Tous très différents ils n’étaient pas prédestinés à vivre dans une telle promiscuité. Malgré tout, des liens se tissent entre eux, et Bella , comme le lecteur,  la fille de leur hôte s’attache également à ce groupe de mineurs. Tienot redécouvre son père durant ce séjour et j’ai été touchée de suivre cette redécouverte, il ignorait les capacités de cet homme qu’il connait pourtant bien, avec qui il vit , avec qui il travaille aussi, mais qu’il a pour habitude de voir sérieux, pris par son quotidien et sa condition de mineur.

Les pages défilent sous les souvenirs de ces vacances mais également sous l’histoire d’amour naissante entre Tienot et Bella, les premiers émois, le rapprochement de ces deux jeunes ados est également touchant. Elle donne au roman un petit côté « conte de fées » assez agréable à lire, mais la vie n’est pas un conte de fées et la fin nous le rappelle. J’avoue avoir été légèrement déconcertée par les derniers chapitres à mille lieues de ce que j’avais imaginé. Elle n’est pas mauvaise, mais elle m’a vraiment surprise, je ne m’attendais pas à cela. Finalement elle n’a pas gâché mon plaisir de lecture pour autant, mais j’avoue l’avoir trouvé assez « abrupte »… on suit tranquillement les personnages pendant environ 300 pages et sur les 166 dernières on dirait que c’est la course, on y trouve une péripétie, un dénouement et un épilogue …
J’ai eu plus de mal avec l’épilogue, justement,  que j’ai trouvé moins important, moins utile, moins à la hauteur de tout le reste. Evidemment je n’en retiens que le positif largement présent. Mais je pense sincèrement que l’épilogue de ce roman est pour moi la moins bonne note. Je prendrais beaucoup de plaisir à retrouver la plume d’Emmanuel Prost surtout que Mamy Frog en a déjà lu deux autres et qu’elle m’en a dit grand bien 😉

Ma note sur 5 : ❤ ❤ ❤ ❤

Mes morceaux choisis :

 » Mme Duquercy nous avait, cette année, longuement parlé de Marcel Proust et de ses fameuses madeleines. Je venais  à mon tour de comprendre à quel point tous nos sens étaient capables de rester connectés avec notre passé, avec nos souvenirs. Et pas un instant je ne m’étais jusque là que l’arrivée de tous ces mineurs ch’timis allait sonner en moi le réveil d’un souvenir auditif aussi troublant.« 

 » Mais Pépino, m’avait par cette simple traque à la daurade permis de grandir et de comprendre que la beauté d’un rêve était dans le fait de demeurer à tout jamais un rêve. « 

Si vous aussi vous avez envie de découvrir ce très joli roman, découvrir le nord , le sud, la France de l’après-guerre, ces souvenirs de vacances, simples mais délicieuses alors retrouvez-le  ICI .  

 

On lit quoi? Les sorties littéraires de la semaine #11 – du 21 au 27 août 2017

Vous en avez désormais l’habitude, voici la sélection de « Les sorties littéraires de la semaine« qui branchouillent La Frog Family ou que nous vous recommandons vivement 😉 Cette semaine c’était beaucoup plus difficile de vous offrir cette sélection, surtout pour la littérature adulte… alors majorité de jeunesse à vous proposer 😉

  • L’absente – Lionel Duroy – Editions « J’ai lu » – 360p – Sortie le 23 août

Résumé : Peu après son divorce, Augustin doit se séparer de sa maison. Bouleversé par le spectacle du déménagement, il s’enfuit en voiture avec pour tout bagage quelques photos, un ordinateur et ses deux vélos, puis se lance dans une course folle à la recherche d’un refuge, butant sur les personnes que le hasard place sur sa route – dont une femme qui le poursuit d’hôtel en hôtel. Revivrait-il le même effondrement psychique que sa mère, expulsée de son bel appartement de Neuilly un demi-siècle plus tôt ? Égaré, furieux et magnifique, Augustin entreprend alors de reconstituer l’histoire de cette femme qu’il a enterrée sans une larme. Au fil de ses rencontres, son regard sur elle commence à changer. Mené à un train d’enfer, à la manière d’un extravagant road movie, L’Absente redessine l’univers inépuisable que Lionel Duroy explore livre après livre.
Pour qui? Pourquoi? J’avoue que le titre et le résumé m’attire énormément!!!

  • Le dernier des nôtres – Adélaïde de Clermont-Tonnerre – Editions ‘Le livre de Poche » – 480p – Sortie le 23 août
    Résumé : 
    Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
    Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère accouche d’un petit garçon.
    Avec puissance et émotion, l’auteur nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant… Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de cette saga passionnante.
    Pour qui? Pourquoi?  Et si on parlait cultureJ’ai découvert ce livre par la chronique de mon ami Fred de chez «  » et je trouve le thème bien à mon goût!! Tentation!!!!
  • Sa mère – Saphia Azzeddine – Editions Stock – 240p – Sortie le 23 août
    Résumé : Marie-Adélaïde, née sous X, a la rage au ventre  ; elle a un destin, mais ne sait pas encore lequel. Pas celui de caissière à La Miche Dorée. Pas non plus celui de ses rares copines, certaines connues en prison, d’autres camarades de galère et d’errance. Serait-ce celui de nounou des enfants impeccables de la Sublime  ? Ou celui de retrouver sa mère coûte que coûte  ? Son destin, elle va le chercher avec les moyens dont elle dispose  : le culot, la parole qui frappe, l’humour cinglant, l’insoumission à son milieu, la révolte contre toutes les conventions. C’est une héroïne de notre temps.
    Pour qui? Pourquoi?  Un résumé bien alléchant, une envie folle de suivre Marie-Adélaïde… bientôt!!!
  • Orphelin des mots – Gérard Louviot – Editions Le Livre de Poche – 288p – Sortie le 23 août
    Résumé: Ne pas savoir lire, c’est comme ne pas pouvoir respirer. C’est se battre pour se frayer un chemin, ruser, contourner, encaisser. Une souffrance inimaginable.
    Gérard a grandi en Bretagne, dans une famille d’accueil. Enfant, il est incapable de retenir une leçon et d’apprendre à lire. Tétanisé par la honte, il doit affronter les moqueries et les vexations. Adulte, sa vie devient un parcours du combattant, d’autant plus qu’à son handicap s’ajoute la peur d’être démasqué comme illettré.
    À 35 ans, il ose se confier à son patron. Touché par la souffrance de cet homme, le chef d’entreprise lui offre la possibilité de prendre des cours. Plus qu’une libération, c’est une renaissance.
    Pour la première fois, un livre raconte cette humiliation qui condamne, en France, près de 3 millions d’illettrés à vivre à l’écart de la société.
    Pour qui? Pourquoi? Pour une fois je vous propose un témoignage et pas un roman auquel je vous habitue souvent 😉 mais ce combat, ce courage m’amène à vouloir lire ce livre… Ne serait-ce que pour loui le courage qu’il a fallut à l’auteur non seulement pour apprendre à se confier, à apprendre mais aussi à écrire ce livre. Chapeau!
  • De l’autre côté du monde – Stéphanie Bishop – Editions Fleuve – 288p – Sortie le 24 août
    Résumé : 
    Cambridge, 1963.
    Une chambre à soi. Du temps pour peindre. Tel est le rêve de Charlotte après la naissance de ses deux filles. Son mari Henry, lui, ne supporte plus le climat anglais pluvieux et brumeux, et rêve d’un pays aride et ensoleillé comme l’Inde de son enfance. Une brochure, glissée dans la boîte aux lettres, semble apporter la solution :  » L’Australie réveille le meilleur en vous.  » Henry y croit.  Charlotte, en dépit de ses réticences, finit par céder, et peu après la petite famille embarque pour l’autre côté du monde.  Cependant, sous le soleil cuisant de Perth, la terre s’assèche tout comme leur relation dont la substance semble progressivement s’estomper. À l’image des aquarelles, les contours de leur vie précédente se brouillent, se perdent.  Lorsqu’un nouvel événement vient chambouler l’équilibre familial fragile, Charlotte décide de prendre en main son avenir, quitte à renoncer à ce qu’elle a de plus précieux…
    Pour qui? Pourquoi? Si tout le livre est poignant comme le résumé alors il s’agit là d’un très très bon livre!!!
  • P’tit Loup veut être le chef – Orianne Lallemand – Editions Auzou – 24p – Sortie le 24 août – Dès 2 ans
    Résumé : Aujourd’hui, P’tit Loup s’amuse avec ses amis. Mais il se prend pour le chef et ces derniers en ont assez ! Heureusement, P’tit Loup va comprendre que jouer avec ses copains, c’est bien plus drôle que de les commander !
    Pour qui? Pourquoi? Ce livre conviendrait parfaitement à Grenouillette en ce moment!!!!!!! (Quoi? on sent la maman au bout du rouleau? non !! pensez donc!! 😉 )

    Voilà voilà, c’est tout pour cette semaine 😉

Et vous??? Lesquels vous tentent?

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine  pour la 12e sélection des « Sorties littéraires de la semaine » 😉 . Belle semaine à tous!!!

On va où? Surtout pas au match Lens/Brest!!!

Papa Frog est un passionné de foot, Grand Crapaud également…  Je ne vous habitue certes pas à vous parler de foot, peut être parce que même si la passion de mes hommes ne me dérange pas, que je m’y intéresse furtivement, que je regarde même parfois les matchs, cela ne fait pas partie des choses que j’ai vraiment envie de partager avec vous… 😉 tout simplement. Mais aujourd’hui… je vais en parler, aujourd’hui je vais faire ce que je n’ai pas fait depuis longtemps… un article « COUP DE GUEULE »….

Comme chaque année, nous avions décidé d’aller voir un match de Lens à domicile, l’équipe de coeur de Papa Frog et également de Grand Crapaud. Cela faisait plaisir au petit (Petit Crapaud et Grenouillette étaient restés chez ma belle-maman l’un étant totalement hermétique au foot, l’autre étant encore un chouia trop jeune) comme aux grands (j’ai nommé Grande Grenouille, Papa Frog, Papy Frog (le papa de papa frog) et moi même)

Je ne vous ferais pas ici une analyse du match, parce que je n’ai pas la prétention d’en être capable premièrement, mais surtout parce que le sujet de mon article n’est pas là.

Je précise juste qu’il s’agissait du 4e match depuis le lancement de la saison, que pas un seul point n’avait encore était pris pour le club lensois, les supporters étaient tendus… les joueurs aussi, le coach et les gens là haut également.

Et puis le match a démarré dans une ambiance bonne enfant, un public qui chante, un match de foot, il n’en fallait pas plus pour rendre heureux mon Grand Crapaud… Et ça c’était cool…. quelques banderoles de mécontentements, une manière d’exprimer sa colère sans drames… Lens ouvre le score, le stade est heureux!!! Le stade ressemblait à une cocotte d’eau qui commence à bouillir mais , voyez on sait pas trop si ça bouillonnait de joie de ce but, de colère (récalcitrante) ou un peu des deux….

Et puis Brest a égalisé, Brest est passé devant…. et là on avait plus de doute, c’est la colère qui faisait les bulles… Jusqu’à ce moment que j’assume de qualifier d’idiot…. où une poignée (oui parce que 300 ou 400 personnes sur les 24.000 passés qui étaient présents j’appelle ça une poignée) de sombres idiots ont envahis le terrain, en me tournant vers mon fils j’ai vu la peur… et ça … j’ai vraiment vraiment pas aimé…. Leur revendication est ni plus ni moins que les résultats des derniers matchs font honte au maillot, aux couleurs de l’équipe, au club… Mais qu’avez-vous fait vous? sombres imbéciles??? Pensez-vous avoir redorer le blason que vous hurler défendre??? j’en doute fort.

J’ai lu qu’ils « voulaient pouvoir ouvrir leur bouche »… Mais personne ne les a condamné au silence… Pour autant, était-ce là un visage à montrer? à leurs enfants, à nos enfants?

A la peur dans les yeux de mon fils, j’ai vu aussi la désolation des autres, ma famille mais aussi les autres personnes un peu partout autour de nous… cette désolation je l’ai aussi retrouvé après dans les yeux de Grand Crapaud qui du haut de ses 9 ans, me disait en sortie de stade « j’avais envie de leur dire que ça servait à rien » , aaaahhh mon fils 9 ans et déjà plus réfléchi que cette vilaine poignée…. Peur, tristesse, désolation, dégoût… on était pas là pour ça!

Je comprends la colère des supporters, mais il y a tellement d’autres manières de s’exprimer que celle qu’ils ont utilisée … Cette année notre sortie au Stade Bollaert nous laisse un goût amer, à tous…

J’espère que celui qui se vante d’être le meilleur public de France a conscience aujourd’hui d’avoir montré le pire… que cette poignée de supporters en colère comprendra son erreur…

 

On regarde quoi? « Eternité » de Trần Anh Hùng

Il y a bientôt un an je vous parlais du livre « L’élégance des veuves » d’Alice Ferney, vous expliquant que je l’avais lu dans l’optique de voir ce film dont il est adapté… C’est ENFINNN chose faite 😉

La Bande annonce :

Le Pitch : Quand Valentine se marie à 20 ans avec Jules, nous sommes à la fin du 19e siècle. À la fin du siècle suivant, une jeune Parisienne, l’arrière-petite-fille de Valentine, court sur un pont et termine sa course dans les bras de l’homme qu’elle aime. Entre ces deux moments, des hommes et des femmes se rencontrent, s’aiment, s’étreignent durant un siècle, accomplissant ainsi les destinées amoureuses et établissant une généalogie… Une éternité…

Mon avis:   J’ai trouvé le film encore plus émouvant que le livre. La mise en scène est originale, l’histoire nous est narrée avec douceur et délicatesse, l’histoire d’un siècle de joies et de peines, de naissances et de deuils au travers des yeux et du coeur  des femmes de cette lignée … J’ai aimé redécouvrir le destin de ses femmes, si poignant. Autant j’avais trouvé le livre très sombre, autant le film lui rend ses couleurs, de part la douceur des éclairages mais aussi de la musique très présente. Je craignais également que l’adaptation puisse sembler « vide » puisque le livre est très court, mais vraiment non, c’est un très joli film très émouvant! Je suis ravie d’avoir enfin pu le voir et il s’agit là d’une des rares fois où je ne suis pas déçue d’une adaptation cinématographique. les actrices (puisque ce sont elles les personnages principaux) sont superbes, géniales!!!

Notre note sur 5: ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

Et vous? vous avez lu le livre? vu le film?

On va où? – Saint Valéry en Caux avec Smartbox

Comme l’an dernier, Papa Frog et moi avons pu prendre un week-end en amoureux, l’an dernier nous étions allés à La Réderie dans le même département que le notre. Cette année, nous avons parcouru quelques kilomètres de plus et sommes allés en Normandie, à la découverte de Saint-Valéry-en-Caux  et de ses environs.

Nous avons pu profiter de ce week-end grâce au très joli cadeau de ma maman, qui nous avait offert une smartbox. C’est donc avec la box « Escapade en bord de mer » que nous avons trouvé lHôtel du Casino de Saint-Valéry-en-Caux. La box nous donnait droit à une nuit dans une chambre avec vue sur le port et un petit déjeuner buffet continental. Voici le retour de notre week-end….

Nous sommes arrivés le samedi en fin de matinée, les nuages étaient de la partie mais la pluie nous a laissé tranquille tout le week-end… ouf!!! Nous avons découvert l’Hôtel du Casino et le port

Nous avons ensuite pris la direction du bord de mer, tranquillement et avons déambulé le long de la plage admirant les falaises, le phare, le paysage que nous avons trouvé très beau…



Même les lourds nuages ne nous ont pas gâché le plaisir, je dirais même que j’ai trouvé qu’ils ajoutaient à la poésie du lieu. Pour le repas du midi nous avons choisi une crêperie « La Farandole » , où nous nous sommes vraiment régalés, nous étions désormais parés pour l’ascension des falaises … finalement plus impressionnantes que vraiment périlleuses



Après avoir pu gagner la chambre de l’hôtel, y avoir déposé nos bagages, et pris le temps de découvrir notre « chez nous provisoire ».

20502722_10212017971838027_1563870400_o

Nous sommes ensuite repartis tranquillement nous balader, profiter du temps que nous avions pour NOUS! Nous avons choisi pour le repas du soir de manger au restaurant attenant à l’hôtel le « Côte Sud » . Et là mes amis…. Nous nous sommes régalés à chaque plat, à chaque bouchée! Ce repas fut une pure merveille!!!!!

Après une bonne nuit de sommeil, nous sommes donc descendus prendre le petit déjeuner (fort copieux et avec de très bons produits), et comme nous avions appris que le marché de St-Valéry avait lieu sur la place au matin, nous avons décidé d’aller y faire un tour et de profiter de revoir une dernière fois cette jolie plage. Nous ne sommes pas partis sans un petit passage au Casino, nous ne sommes pas revenus riches mais j’ai réalisé quelque chose qui était sur ma « liste des choses à faire dans ma vie » 😉

Un sandwich et nous sommes partis à la découverte de Veules-les -roses qui m’avait été conseillé par Pommier Bleu via la page Facebook du blog 😉 Je l’en remercie d’ailleurs parce que nous y avons passé un beau moment, et avons trouvé les lieux sublimes, d’autant que le soleil nous a accompagné 😉 !!!



regardez moi cette eau pure!!! on a pas ça par chez nous!!!


même la cour du charmant salon de thé où nous avons fait une halte était magnifique!!


Nous avons ensuite dû reprendre la route en direction de notre Nord, nous sommes allés récupérer les filles que j’étais bien contente de retrouver… avec la promesse de tout faire pour y retourner l’an prochain… en famille!!! 😀 😀

Vous l’aurez compris je n’ai pas été séduite par le secteur, j’en suis tombée amoureuse… une veine que Papa Frog ne soit pas jaloux 😉

 

On lit quoi? Throwback Thursday #2

Pour cette nouvelle semaine, BettieRose books nous propose le thème :
2016.jpg
J’avoue avoir hésité… J’aurais pu vous présenter mon plus gros coup de coeur de 2016, mais j’ai choisi de suivre le thème à la lettre et de vous présenter celui qui m’a « marquée » réellement, celui dont j’ai eu le plus grand mal à me remettre, celui à cause duquel j’ai eu grand mal à trouver un livre qui me captivait autant …

« Un goût de cannelle et d’espoir » de Sarah McCoy
9782266250061

Un roman magistral à mon sens, il m’a émue, bouleversée même! Sarah McCoy ponctue son roman avec la même douceur que les pâtisseries d’Elsie.

On regarde quoi? Cars 3

Deuxième séance ciné des vacances avec les crapauds… Alors pour trois raisons: 1/ Petit Crapaud semble fort être un cinéphile en herbe, 2/ y’avait quand même un joli programme cet été pour les enfants et enfin 3/ vu le temps génial dans les Hauts de France , le ciné est devenu LA destination privilégiée des sorties en familles… comme en automne quoi…  Cette fois, nous sommes allés voir « Cars 3 »

Le Pitch : Dépassé par une nouvelle génération de bolides ultra-rapides, le célèbre Flash McQueen se retrouve mis sur la touche d’un sport qu’il adore. Pour revenir dans la course et prouver, en souvenir de Doc Hudson, que le n° 95 a toujours sa place dans la Piston Cup, il devra faire preuve d’ingéniosité. L’aide d’une jeune mécanicienne pleine d’enthousiasme, Cruz Ramirez, qui rêve elle aussi de victoire, lui sera d’un précieux secours…

Notre avis:  Dans ce troisième volet, Flash Mc Queen perd de sa superbe, un jeune concurrent, plus rapide, plus à la pointe de la technologie, est bien décidé à lui faire de l’ombre, à prendre la place du grand champion. Après avoir tout donné sur une course, un accident le laisse blessé. Quelques mois plus tard alors que tout le monde dans le milieu de la course pense que c’en est fini de Flash Mc Queen et qu’il prend sa retraite, le grand Champion décide de remonter « sur piste », il ne se laissera pas pousser vers la sortie, il arrêtera de courir quand il l’aura décidé. Il intègre sa « nouvelle » écurie, où toutes les technologies lui sont mises à disposition ainsi qu’une coach… Mais tout ne se passe pas aussi bien qu’il l’espérait et le directeur lui même n’a pas foi en le retour de Flash Mc Queen. Alors Flash mise tout sur une course. Il s’entraîne, toujours accompagné de sa jeune coach, Cruz, qui rêvait de devenir une voiture de course, mais qui pense ne pas en avoir la carure. Cruz va se découvrir des talents cachés.

Ce dernier numéro (je pense qu’il sera donc le dernier) , termine la saga Flash Mc Queen joliment, on y voit beaucoup de transmission, ce qui rappelle la transmission de Doc Hudson envers Flash des premiers pas de du célèbre numéro 95.

Les répliques sur les précédents films m’avaient fait sourire, sur celui-ci moins, l’heure n’est plus vraiment à l’humour semble-t-il mais à l’émotion. 😉

Les crapauds ont beaucoup aimé ce film, je l’ai trouvé très bien fait, les graphismes sont époustouflants (mais pas de surprises venant de Disney Pixar).

Notre note sur 5: ❤ ❤ ❤ ❤ belle réussite pour un troisième volet 😉

Previous Older Entries

dear ema - blog littéraire

a book, a coffee, a cat

La Voleuse de Marque-pages

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait apaisé" Diderot

À travers les mots

à travers mes mots , je vous donne mon avis .

sireadbooks

Amatrice et chroniqueuse livresques

Allez vous faire lire

Critiques et recommandations de livres jeunesse et young-adult

Sur ma table de nuit

Lire, c'est rêver les yeux ouverts.

Tea Time in Bloomsbury

“If you are cold, tea will warm you; if you are too heated, it will cool you; If you are depressed, it will cheer you; If you are excited, it will calm you.” ― William Ewart Gladstone

Mon rêve d'été

Venez, lisez, rêvez !

Ninie et ses aiguilles

Ma passion pour les travaux d'aiguilles

JCURLYR

Ouvre le menu et balade toi avec moi..

kirsteen duval

des émotions, des mots...

AnaVerbaniaZeBlog

Blog littéraire, mais pas que !

La Baie des Livres

La Théière et Le Livre