On lit quoi? Top Ten Tuesday #33 – Les 10 livres que vous recommanderiez (ou recommandez le plus souvent)

Cette semaine , le thème proposé par  « Frogzine » était :

 

 

Réalisé via canva.com

Plus

Publicités

On lit quoi? Top Ten Tuesday # – Les 10 meilleurs romans lus jusqu’à maintenant en 2017

Cette semaine , le thème proposé par  « Frogzine« .

Réalisé via canva.com

 

Cette semaine, ça se complique un peu… parce que mon année 2017 est plutôt riche en belles découvertes, alors il m’a bien fallu faire un choix… et laissé certains de côté me fendrait presque le coeur… alors parce que bon il faut quand même choisir… voilà ma sélection 😉

Vous pourrez découvrir les résumés et mes chroniques en cliquant sur les titres

1/ Les ombres de Brocéliande – Lynda Guillemaud – Editions Librinova – 302p – lu en janvier
Pourquoi lui? Parce qu’au delà de la plume très agréable à lire de Lynda Guillemaud, j’ai beaucoup aimé l’intrigue mais aussi le cadre du roman, dans cette célèbre forêt tellement mystérieuse.

 

2/ Quand je serais partie – Emily Bleeker – Editions Amazon Crossing – 438p – lu en janvier
Pourquoi lui? Tout simplement parce qu’il m’a énormément touchée, je l’ai trouvé aussi captivant. Un roman plein d’intrigues chargées d’émotion, où le suspens est habilement ménagé.

 

3/  Le ciel est la limite – Anne Lanoë – Editions Fleurus – 253 p – lu en janvier 2017
Pourquoi lui? parce qu’il s’agit d’un roman jeunesse pour les +12 qui m’a beaucoup plu et beaucoup touché. J’ai vraiment apprécié ce livre qui a été pour moi une belle surprise.

 

4/ A chacun son rêve – Paul Ivoire – Editions Anne Carrière – 294p – lu en février
Pourquoi lui? Parce que j’ai trouvé que ce roman était un vrai petit bijou, de ces belles découvertes qui vous font chavirer.

 

5/ Intimidation – Harlan Coben – Editions France Loisirs – 407p – lu en avril
Pourquoi lui? Parce que un début qui m’a semblé un peu long, il su me surprendre, un livre plein de rebondissements. Harlan Coben… le maître du suspens!!

 

6/ Je ne sais pas dire je t’aime – Nicolas Robin – Editions Anne Carrière – 250p – lu en avril
Pourquoi lui? Parce que je suis tombée très vite sous le charme de l’écriture de Nicolas Robin, j’ai adoré cette jolie satyre sociale qui réserve des surprises. Un roman tendre, émouvant, drôle, délicieux.

 

7/ Le vertige des falaises – Gilles Paris – Editions Plon – 256p – lu en mai
Pourquoi lui? Parce que ce roman à plusieurs voix m’a embarquée dans un univers pesant et j’ai adoré ça. Un roman mémorable et très bien construit!

 

8/ Hôtel des muses – Ann Kidd Taylor – Editions Calmann-Levy – 396p – lu en juin
Pourquoi lui? J’ai apprécié ce roman et ses deux intrigues parallèles, d’un côté la vie sentimentale de Maeve et de l’autre l’aileronnage prenant et surprenant.

 

9/ Mon petit coeur de pierre – Lucile Caron Boyer – Auto édition – 226p – lu en juillet
Pourquoi lui? Encore un livre jeunesse que j’ai énormément apprécié, il s’agit d’un roman d’une justesse incroyable, tendre, ponctué de notes d’humour appréciables. Très belle découverte!!

 

10/ Et j’ai choisi de vivre – Marilyse Trécourt – Auto édition – 197p – lu en juillet
Pourquoi lui? Selon moi, le meilleur de cette auteure que j’apprécie énormément!! Prenant, intriguant, émouvant… simplement parfait!!!

Voilà j’avoue que je suis assez satisfaite de ce TTT 😉 Et vous avez-vous une idée des maisons d’éditions qui prennent le plus de place chez vous?  dites moi tout 😉

On lit quoi? Throwback Thursday #7 – « Histoire d’amour »

Pour cette nouvelle semaine, BettieRose books nous propose le thème :

Et cette semaine encore, je n’ai pas eu grand mal à me décider. J’ai choisi de vous parler de « Je ne sais pas dire je t’aime » de Nicolas Robin (retrouvez ma chronique en cliquant sur le titre)

 

Ce livre nous parle d’amour et surtout d’Amour !! L’Amour au sein du couple, l’Amour au sein de la famille, l’Amour pour un homme, une femme, une ville, une vie… l’Amour quoi!!! Sous les traits d’une tendre satire sociale, ce roman m’a vraiment énormément touchée. Il est beau, sans prétention, sans artifices inutiles. Et moi j’ai très envie de lui dire « Je t’aime » !

Et vous quel livre parlant d’amour vous a le plus marqué?

La semaine on se retrouve avec le thème  » Artiste en scène » 😉

 

On lit quoi? – « Je ne sais pas dire je t’aime » – Nicolas Robin

Je ne sais pas dire je t’aime – Nicolas Robin – Editions « Anne Carrière » – 250p – format papier

 

 

Présentation de l’éditeur : Paris, tu l’aimes ou tu la quittes. C’est une injonction quotidienne pour qui se retrouve la joue écrasée contre la vitre d’un métro bondé, ou se fait bousculer sur le trottoir par un type mal dégrossi. Dans ce tohu-bohu parisien, Francine déterre un passé longtemps enseveli devant un guichet d’état civil ; Juliette rêve d’avoir la beauté fulgurante d’une actrice qui éclate de rire sur un tapis rouge ; Joachim devient célèbre malgré lui en se faisant larguer en direct à la télé ; Ben essaie de ne pas finir comme ceux qui picorent leurs petits pois, le nez dans l’assiette, sans adresser un mot à l’autre. Un chassé-croisé plein d’humour et de tendresse dans lequel chacun cherche son salut et espère entendre parler de sentiments, au coeur d’une ville épicentre de l’amour, où il est parfois difficile de se dire je t’aime. À tous les éclopés du coeur, les éternels pudiques, les incorrigibles passionnés, ce roman choral est pour vous.

Mon avis : Côté forme, je suis charmée par la découpe du livre. des chapitres courts, clairs, et malgré le changement de personnage à chaque chapitre jamais je ne me suis sentie perdue. Les chapitres s’enchaînent avec des transitions joliment opérées. Je le répète je suis sous le charme 😉 .

Côté fond, là encore, je suis charmée!! j’ai lu ces 250 pages avec une avidité certaine, désireuse d’avancer, désireuse de suivre ces personnages tous attachants. Ce roman est à mon sens une tendre satire sociale. On y découvre le pire et le meilleur de ce qui fait notre société : les stéréotypes, les origines,la fraternité, le couple, l’estime de soi et toutes leurs complexités, mais aussi la politique (abordée sans devenir plombant), la santé, le travail … Nicolas Robin aborde sans mièvrerie les maux de l’âme, ceux que l’on transporte dans ces bagages parfois trop lourds pour nous permettre d’avancer dans la vie, de suivre nos envies, nos rêves… Ce livre, c’est finalement l’histoire de tous, même dans une grande ville comme Paris, on est toujours seul face à soi même; que pour apprendre à aimer (et à dire je t’aime) il faut d’abord apprendre s’aimer!

Côté personnages, je les ai tous aimé, ils m’ont tous touché en plein coeur, Francine qui malgré les années n’est pas parvenue à se guérir de son enfance, Juliette qui aimerait apprendre à se trouver belle et qui finalement a aussi les cicatrices d’une jeunesse douloureuse, Joachim qui a du mal à ouvrir son coeur à une des personnes la plus proche de lui, Ben (qui lui m’a vraiment bouleversé) qui avance tentant de faire bonne figure pour ne pas trop montrer ces blessures à l’âme. Et je n’oublierais pas Goldie parce qu’elle aussi est une sacrée « chic fille » 😉 .

Pour finir, je dirais que ce roman aux personnages attachants et dont l’histoire est criante de vérité, dont les mots sont dosés avec brio, est un livre tendre, drôle et terriblement agréable à lire. Et comble de bonheur… Je me suis vue surprise … Monsieur Robin… je suis touchée-coulée!! 😉

Alors, les Frogamis, si vous aussi, vous avez besoin de vous souvenir que « La vie est une fête » filez vite acheter ce livre!!

Ma note sur 5 : ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

Merci, merci, merci à  Anne Carrière de m’avoir permis de découvrir ce livre.   Si il vous tente, retrouvez-le  ICI  ou dans toutes les bonnes librairies 😉 .

Pour terminer, voici quelques passages qui m’ont beaucoup plu:

Chapitre 19 – p 88 –  » A leur âge, il doutait de tout. Sa seule certitude était d’être homosexuel, d’aimer l’odeur et le corps d’un homme; il savait qu’il ne se construirait pas sur le modèle de ses parents, que tout serait à inventer, à apprendre, qu’il lui faudrait s’affirmer, surmonter les préjugés, et que ça ne se ferait pas en deux temps trois mouvements. »

Chapitre 38 – p 166 –  » Référent sécurisant, la maman est là pour adoucir la réalité« .

Chapitre 52 – p 219 –  » […] c’est ce carrefour, ce moment de grand changement vers lequel tout le monde se tourne, en lequel on croit vraiment. Et si finalement ce grand changement était comme un square parisien, une illusion? »

 

Eirine et ses lectures 🌸

"Le mot qu'on écrit a une puissance étonnante. Il faut le manier avec prudence." - Coeur d'encre 📚

Lirevivre

Les lectures d'Imagimarion

Lire à la folie

"Privé de la lecture, je serais réduit à n'être que ce que je suis." L'Enfant des Limbes, Jean-Bertrand Pontalis

Les notes de Grâce M.

Je lis, j'écris, je vis

L'ourse bibliophile

Brimborions et broutilles. De simples mots sur un livre, un film...

Lula Papote

Blog littéraire et autre blablas

La paupiette culturelle

A la recherche d'un avenir...

Les pages qui tournent

Au programme : des critiques et des citations de nos lectures ainsi que des partages de coups de cœur.

dear ema - blog littéraire

a book, a coffee, a cat

La Voleuse de Marque-pages

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait apaisé" Diderot

À travers les mots

à travers mes mots , je vous donne mon avis .

sireadbooks

Amatrice et chroniqueuse livresques