Le surmenage aurait-il bon dos?

Je viens d’apprendre cette nouvelle effarante que ce bébé de 6 mois décédé après avoir passé toute une après midi dans la voiture. Le papa qui travaille à domicile a conduit la maman au travail puis devait passer déposer le bébé à la crèche avant de rentrer… Or il est rentré en oubliant la crèche, pire en oubliant le bébé.

D’après Le Parisien, le papa évoque le surmenage… Et là je vais surement jeter un nouveau pavé dans la mare mais pour moi c’est trop facile. Alors certes ma vie n’est pas celle de cet ingénieur mais quand même jamais je ne pourrais oublier mon propre enfant!!! Je suis aussi surmenée comme tout le monde dans cette société et oui, bien sur, j’oublie beaucoup de choses… tout le temps… Mais jamais mes enfants!!!!!! J’oublie les jours de tickets de cantine, j’oublie les coups de fil, les rendez vous si je ne les notaient pas… Mais je n’oublie pas mes enfants! A vrai dire, c’est un argument que je ne conçois pas, mais c’est aussi un « oubli » que je ne cautionne pas. Pour ce papa, y’à-t-il plus important et plus urgent que son enfant? Parce que la question du surmenage amène là non? Il privilégie le plus important et oublie les choses plus futiles comme tout a chacun? Et il oublie son bébé??? ouaaaaw!!!

Je pense à cette maman. Deux positions se présentent… Soit elle « comprendra » le « surmenage » et pardonnera, ce qui m’est totalement inconcevable entendons-nous bien, soit elle sera dans les mêmes interrogations que moi, que d’autres, et ne comprendra jamais comment l’homme qu’elle aimait, le père de son enfant a pu faire une chose pareille coûtant la vie à l’être humain le plus cher à ses yeux.

Je pense à ce bébé quasiment du même âge que ma Grenouillette, mon coeur se serre, vous imaginez ? le calvaire de cette après midi enfermé dans une voiture en pleine chaleur sans une goutte d’eau? le mal être, la peur, la soif, la faim, la douleur (oui oui la chaleur ça fait mal!!), les cris, mais qui auront eu tout de même raison de lui… le « surmenage » qui aura eu raison de lui!

le-son-des-pleurnichements-est-le-plus-agacant-illustration_30356_w250

Ca coule de source mais comme encore ce matin je suis tombée sur une info parlant d’un fait similaire qui aurait pu coûter la vie à un enfant de 2 ans , là aussi oublié sur le trajet du travail, sauvé par les gendarmes fort heureusement.

On ne laisse pas son enfant en voiture seul, enfermé même pour 5 minutes!!!! Les enfants ne sont pas des peluches!!! Si vous aussi vous vous sentez surmené(e) au point d’un jour penser que ça peut vous arriver, si vous comprenez un tel surmenage et pensez le vivre, STOP! Arrêtez-vous, posez-vous, et recentrez-vous sur vos priorités, pensez à vos enfants! Faites les efforts nécessaires pour continuer à les privilégier, pour ne pas un jour risquer leur vie. Le travail c’est bien mais rien n’est plus précieux que la famille!!

Je vous invite également à visionner cette vidéo choc qui se doit d’être entendue: ICI

Publicités

Trop de questions?

La parentalité a évolué, nous ne sommes pas les mêmes parents que nos parents ou nos grands parents.

family-492891_640

 

Et comme toute évolution, elle apporte son lot de points positifs et de points négatifs. Côté positif nous avons maintenant tout un tas de choses pour nous faciliter la vie mais nous avons aussi pris le pli d’être plus à l’écoute de nos bébés, ce qui nous amène aux côtés négatifs, nous nous posons bien trop de questions. Bébé mange-t-il comme il le devrait? (quantité, diversification sont autant de questions qui nous hantent ) Bébé évolue-t-il correctement? (trop vite? pas assez vite?) Tout un tas d’experts, de scientifiques, de pédiatres nous assomment de préconisations qui ne cessent de changer au fil des années. Je ne suis pas contre le progrès comprenez-moi bien. Mais il m’est impossible de ne pas me dire à certains moments que nos grands parents étaient les parents qu’ils souhaitaient être. Ils apportaient à leurs enfants ce qu’ils pensaient primordial et ne se sentaient sûrement pas autant jugés que nous aujourd’hui.

Quel parent n’a pas entendu un « ah non faut pas faire ci  » ou  un « quoi? vous faites comme ça? » sur un ton franchement désapprobateur?

Les enfants d’hier étaient certes moins écoutés mais je pense qu’il faut faire la part des choses.

Je suis devenue maman il y a un peu plus de 11 ans, mais encore aujourd’hui avec Grenouillette je ne cesse de me poser des questions sur la manière dont je m’occupe d’elle, de ce que je lui apporte, de ses besoins. D’un sens je devrais être plus à l’aise puisqu’il s’agit de ma 4e mais non , parce qu’en 11 ans toutes les préconisations ont pour ainsi dire presque toutes changées. Alors après 5 mois à me prendre la tête , me stresser, me poser TROP de questions, j’ai décidé d’être la maman que je suis, et finalement de faire fi des préconisations que je trouve exagérées. Ma poupée mange bien, grandit bien, évolue comme il faut (peut être même trop vite à mon goût 😉 ) et tant pis si le fait de lui donner un pot ne plait pas à Pierre Paul ou Jacques.

Soyons les meilleurs parents possible mais à notre manière, ne devenons pas des parents modelés par les trop nombreuses préconisations, créons notre « identité parentale »!

 

Les notes de Grâce M.

Je lis, j'écris, je vis

L'ourse bibliophile

Brimborions et broutilles. De simples mots sur un livre, un film...

Lula Papote

Blog littéraire et autre blablas

La paupiette culturelle

A la recherche d'un avenir...

dear ema - blog littéraire

a book, a coffee, a cat

La Voleuse de Marque-pages

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait apaisé" Diderot

À travers les mots

à travers mes mots , je vous donne mon avis .

sireadbooks

Amatrice et chroniqueuse livresques

Allez vous faire lire

Critiques et recommandations de livres jeunesse et young-adult

Sur ma table de nuit

Lire, c'est rêver les yeux ouverts.

Tea Time in Bloomsbury

“If you are cold, tea will warm you; if you are too heated, it will cool you; If you are depressed, it will cheer you; If you are excited, it will calm you.” ― William Ewart Gladstone

Mon rêve d'été

Venez, lisez, rêvez !