Le Mea Culpa de Maman Frog

Mes garçons sont tout juste rentrés, quel bonheur de les retrouver! Et après la logique séance de bisous et de câlins, ils ont repris leurs habitudes que l’on appelle ici de « chez maman » oui parce qu’on leur a appris très tôt et on continue de le leur apprendre , il y a les règles et habitudes chez maman et celles chez papa, qui ne sont pas les mêmes mais qu’ils se doivent de respecter lorsqu’ils sont chez l’un ou chez l’autre.

Enfin je m’éloigne là de mon sujet de départ, je venais vous avouer, vous confesser, que malgré tout le bonheur que j’ai eu de les retrouver, il faut bien avouer que cette semaine sans eux m’a fait un bien fou.

Et oui Maman Frog assume et pire elle déculpabilise à l’idée de penser que oui quand ils ne sont pas là, ça fait du bien! Cette semaine m’a permis de consacrer plus de temps à mes filles mais pas que , j’ai aussi pu consacrer plus de temps à Papa Frog et à MOI!! Alors certain(e)s trouveront cela égoïste je le sais bien mais vous savez quoi? C’est à cause de ces gens (qui bien souvent ignorent tout de la vie de parent de famille nombreuse) que beaucoup de mamans culpabilisent à l’idée de prendre soin d’elle, de prendre le temps de souffler, de prendre le temps d’être une femme. Et moi , je pense qu’au contraire on doit l’assumer, le crier haut et fort, oui nous sommes mamans mais aussi des femmes! Et nous avons besoin comme tout être humain de pouvoir aussi profiter de moments rien qu’à nous. Sans cela ? et bien sans cela on finit avec un burn out maternel et on est bien moins efficace lorsque l’on se sent pas au top. Alors que là, après cette semaine cool et détendue et bien je me sens bien plus disponible et bien plus patiente qu’il y a une semaine. En bref cette semaine m’a ressourcé, et j’ai pris beaucoup de plaisir à penser plus à moi et à Papa Frog.

Ce soir lorsque l’interphone a sonné, m’avertissant du retour de mes crapauds, j’avais hâte qu’ils arrivent à la porte pour les serrer dans mes bras et les embrasser. Je suis ravie ils sont là et moi je me sens bien! Alors en fait, à bien y réfléchir, ce « mea culpa » n’en est pas vraiment un puisque je ne me sens même pas coupable 😉

Et vous les mamans? Vous prenez du temps pour vous quand? Comment? dites moi tout!!!

Etre maman…

Aujourd’hui plus que jamais j’ai envie de vous parler de ce rôle particulier qu’est d’être une maman. Que l’on soit une jeune maman autrement appelée primipare ou une maman chevronnée autrement appelée multipare nous avons toutes à un moment donnés une multitude de questions qui nous assaillent. On aimerait comprendre nos bébés tout de suite pour leur épargner mal-être et douleurs et pourtant ce n’est pas toujours si facile.

Que nous ayons eu des enfants tôt ou pas, plusieurs ou pas, un jour laquelle d’entre nous ne s’est pas posé la question du « est ce que je fais bien? », « suis je une bonne mère? » ou encore lorsqu’un problème est rencontré « saurais-je trouver la solution? » la réponse est sûrement sans conteste dans la majorité des cas « OUI » et pourtant on doute, on s’inquiète, on a peur. Il n’y a pas d’école pour être mère. On répète un peu partout qu’on « ne naît pas mère on le devient » et rien n’est plus vrai.

Aujourd’hui ma grenouillette a 3 mois! 3 mois qu’elle nous submerge de bonheur mais aussi trois mois où je me suis posé mille et une questions, où je me suis rendue compte que même si elle est mon 4e bébé, je suis encore souvent dans l’incertitude. Chaque bébé est différent et que nous accueillons notre premier  ou notre énième petit et chaque fois les premiers jours, les premières semaines, les premiers mois sont autant de découvertes de ce petit être que nous chérissons de toute notre âme , de cet enfant qui est notre sang et notre chair et pour qui l’on ferait l’impossible.

Parfois on se surprend à râler sous le coup de fatigue, de l’incompréhension ou de l’énervement accumulé de la journée mais chaque fois on le regrette sitôt après. On culpabilise. Mais nous ne sommes pas des robots, juste des mamans avec leurs faiblesses. Les nuits, les coliques, les petits problèmes de santé sont autant de raisons de nous éreinter et de nous ronger les sangs. Mais lorsqu’ils grandissent je ne sais que trop bien comme on regrette ces moments où finalement tout était plus simple. Quand les années passent on se met à trembler pour des raisons qui semblent tellement plus graves , mais qui dans quelques années nous feront peut être encore sourire de nous être tant inquiétées. Ces soucis seront remplacés par d’autres et pas d’autres encore.  Alors, pour que la vie nous paraisse belle , il faut avec le temps oublier ces tracas pour ne garder que les beaux souvenirs. Profitez de la vie au maximum, vivre chaque jour à 300% pour n’avoir aucun regrets, pour avoir en tête lorsqu’ils auront quitté le nid , que de belles images et des souvenirs riches de joies et de bonheur. Et un beau jour ce seront eux nos chers bambins qui se confieront à nous de leurs tracas pour leurs propres enfants et il nous faudra leur apprendre à sourire à leur tour

dear ema - blog littéraire

a book, a coffee, a cat

La Voleuse de Marque-pages

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait apaisé" Diderot

À travers les mots

à travers mes mots , je vous donne mon avis .

sireadbooks

Amatrice et chroniqueuse livresques

Allez vous faire lire

Critiques et recommandations de livres jeunesse et young-adult

Sur ma table de nuit

Lire, c'est rêver les yeux ouverts.

Tea Time in Bloomsbury

“If you are cold, tea will warm you; if you are too heated, it will cool you; If you are depressed, it will cheer you; If you are excited, it will calm you.” ― William Ewart Gladstone

Mon rêve d'été

Venez, lisez, rêvez !

Ninie et ses aiguilles

Ma passion pour les travaux d'aiguilles

JCURLYR

Ouvre le menu et balade toi avec moi..

kirsteen duval

des émotions, des mots...

AnaVerbaniaZeBlog

Blog littéraire, mais pas que !

La Baie des Livres

La Théière et Le Livre