On lit quoi? Bla-bla-bla – Entretien avec Isabelle Dignocourt

Vous vous en souvenez sûrement, fin septembre,  je vous partageais mon avis après la lecture de « L’éducation nationale: une machine à broyer » d’Isabelle Dignocourt. A la lecture de ce livre, passés mes vilains à priori de départ, je me suis, je dois l’avouer, sentie presque totalement en phase avec ce que nous racontait Isabelle. Déjà de par l’évocation de sa scolarité, qui a fait écho à la mienne mais aussi à celle d’un de mes crapauds… En un mot, sans jamais l’avoir rencontrée, je me sentais proche de cette professeure de lettres anciennes. Le premier contact avant la lecture fut chaleureux mais bref, une manière pour moi de garder suffisamment de recul avant le traitement d’un service presse. Après ma lecture, j’ai recontacté Isabelle et nous avons échangé un peu plus longuement, programmant par la même occasion une entrevue, étant donné que nous vivons à une dizaine de minutes l’une de l’autre.

Plus

Publicités

In my mail box #2 – Bilan septembre 2017

Encore un nouveau rdv sur La Frog Family, cette fois il s’agit d’un rdv mensuel, chaque premier samedi du mois je vous présenterais les nouveaux livres arrivés chez nous, achats ou service presse 😉 je ferais également le bilan des livres lus (qu’ils ai déjà été chroniqués ou non ) 😉 . En avant pour ce 2e numéro:

Les nouveaux arrivants:

  • On ne voyait que le bonheur – Grégoire Delacourt – format papier – via Mille et une plumes
    RésuméAntoine, la quarantaine, est expert en assurances. Depuis longtemps, trop longtemps, il estime, indemnise la vie des autres. Une nuit, il s’intéresse à la sienne, se demande ce qu’elle vaut vraiment. Par une introspection sans concession, il nous entraîne alors au cœur de notre propre humanité, lui qui ne s’est jamais remis de son enfance, ballotté entre faux bonheurs et réelles tragédies.
    Orchestré en trois mouvements, du nord de la France à la côte ouest du Mexique, On ne voyait que le bonheur explore aussi le pays de l’adolescence. Et montre que le pardon et la rédemption restent possibles en dépit de tout.
  • Danser, encore – Julie de Lestrange – SP – format papier – via Julie de Lestrange
    RésuméAlexandre, Marco et Sophie connaissent une amitié de trente ans et autant d’amour, de blessures, de déceptions et de joies. Désormais adultes, confrontés au poids du quotidien et des responsabilités, à l’existence et ses tourments, sonne l’heure de faire des choix.

    Mais que reste-il des certitudes lorsque le sort frappe au hasard ?
    Juste un vertige, profond et déroutant, des liens indéfectibles, et parfois comme la nécessité de respirer, le besoin de danser et celui de s’aimer.
  • Mission Mars – Philippe Nessmann – format papier – SP – via Fleurus
    RésuméQuelle nouvelle ! Le chef de la NASA vient de t’apprendre que l’astronaute dont tu étais la doublure s’est bêtement cassé une jambe. C’est toi qui vas le remplacer au pied levé pour la prochaine mission vers Mars ! Te sens-tu à la hauteur ?Dans ce livre-jeu dont tu es le héros, embarque pour une formidable aventure à travers les étendues infinies de l’espace : depuis le décollage, jusqu’au retour sur Terre, en passant par l’arrivée sur Mars et l’installation d’un laboratoire de recherches, sauras-tu prendre les bonnes décisions ?Chaque problème que tu devras résoudre sera l’occasion de découvrir des informations essentielles, de comprendre le monde de l’astronautique et du voyage spatial. Un vrai documentaire qui n’en a pas l’air ! 
  • Des couleurs pour maman – Marta Sorte – format papier – SP – via Fleurus
    Résumé: 
    Un livre tout tendre pour découvrir les couleurs en racontant une histoire. 
  • Comment vivre en héros? – Fabrice Humbert – format papier – #MRL17
    RésuméTristan Rivière a été élevé par son père, ouvrier et militant communiste, dans l’idée qu’il devait être un héros. Malheureusement, à l’âge de seize ans, à la première occasion qui lui est accordée de prouver son courage, il s’enfuit. Après dix années de remords et d’humiliation, Tristan se retrouve dans un train au moment où une jeune femme est agressée par une bande. Et la peur d’autrefois l’envahit. Va-t-il enfin se montrer à la hauteur ? Suivant sa réaction, sa vie prendra des directions entièrement différentes… Roman des vies possibles, de ces moments qui décident d’une existence, interrogation aussi sur le couple et la constance de l’amour, Comment vivre en héros ? décrit de façon ironique et tragique le rêve de l’héroïsme et de la pureté dans les sociétés modernes.
  • Si je ferme les yeux – Simona Sparaco – format numérique – SP – via NetGalley
    Résumé : « Papa, qu’arrive-t-il aux enfants lorsqu’ils se perdent ? – Rien, Viola. Les enfants ne se perdent jamais vraiment. » Viola a l’habitude de se cacher dans sa vie. Vêtements amples, quotidien bien loin de ses rêves de petite fille, un brave garçon comme mari mais qu’elle n’a jamais vraiment aimé. Un jour, alors qu’elle est en train de développer des photos dans le magasin où elle travaille, surgit un homme à l’allure dégingandée, encore beau malgré son âge : son père, artiste reconnu, éternel enfant, qui lui propose un voyage sur les terres de leur famille. Comment faire confiance à celui qui nous a abandonnés ? Simona Sparaco est une écrivaine et scénariste née à Rome. Après Le Dernier Battement de cœur, qui a figuré dans la sélection du prix Strega, l’équivalent du prix Goncourt en Italie, l’auteure nous livre dans son nouveau roman une histoire d’amour touchante entre une fille et un père.
  • Le sourire de Mona Sourisa – Geronimo Stilton – format papier – via Mille et une plumes
    RésuméMona Sourisa cache un secret ! Ratonard de Minci avait truffé son tableau d’indices mystérieux… Et mon flair de souris me dit qu’un trésor se cache là-dessous. Oui, oui, un trésor, vous avez bien lu ! Ça vous donne envie de suivre l’enquête ? je préfère vous avertir : l’aventure s’annonce mouvementée !

Les livres lus en ce mois de septembre :

(si la mention « chroniqué » apparaît, vous trouverez ma chronique en cliquant sur le titre)

  • Au delà des toursAnaïs W. – numérique – Chroniqué – 313p
    Résumé« Parfois, je me demande comment ma vie aurait été si mon frère n’avait pas ruiné notre famille. Est-ce que je serais là, à zoner toute la journée dans cette banlieue merdique ? Est-ce que mes parents auraient encore un minimum de considération pour moi ? Mais le mal est fait. À quinze ans, je suis rongée par la culpabilité et l’incompréhension. Je cache mon mal-être derrière mes allures de garçon manqué et ma brutalité. Pour survivre, j’essaie d’oublier cette souffrance, en attendant des jours meilleurs… Je croyais avoir assez morflé, que ça ne pouvait pas être pire. Le sort s’est pourtant acharné. Un beau soir d’été, le passé a soudain refait surface et a plongé dans le chaos ce qui me restait de famille. C’était trop pour moi, alors j’ai fui cette réalité à tout prix, frôlant parfois l’irréparable… » 
  • Une robe couleur de ventSophie Nicholls – numérique – Chroniqué – 352p
    RésuméFabia Moreno vient de s’installer avec sa fille, Ella, dans la petite ville de York, où elle a ouvert un magasin de vêtements vintage. Une boutique de rêve, comme les femmes de York n’en ont encore jamais vu. Car Fabia possède un don pour dénicher la robe idéale et l’ajuster à chaque cliente. Autour de son commerce, bientôt, les destins se croisent, les identités se révèlent et les amours s’épanouissent… mais naissent aussi la méfi ance et la jalousie. L’exubérance de Fabia dérange, et la jeune Ella, à la peau cuivrée, est une adolescente bien mystérieuse. Parviendront-elles à s’intégrer dans la communauté ? Quel sombre secret cache Fabia derrière ses tenues flamboyantes et son accent chantant ? Sa fille elle-même sait-elle tout de l’histoire familiale? 
  • VictoirePatricia Ricordel – numérique – chroniqué – 192p
    RésuméVictoire, interpellée par quatre mots lus sur un panneau publicitaire, échoue à La Réunion au sein d’une église évangéliste. Là, elle croise la route de Timothée Damour, un gourou au grand cœur et Colette, sa fidèle collaboratrice qui vont bouleverser le cours de sa vie. Cette jeune femme, enfant de la balle, fan de Céline Dion, dépendante aux jeux de hasard et allergique à la prière, parviendra-t-elle à échapper à ses créanciers ? C’est une histoire de hasards ou de coïncidences, de petits cailloux semés sur un chemin qui ne mène jamais où l’on croit. Victoire, une héroïne intense et volcanique à l’image de l’île où se déroule l’intrigue : La Réunion. C’est un roman frais et pétillant, émouvant et drôle à la fois, avec des personnages attachants, qui donne envie d’être créateur de sa destinée.
  • L’éducation nationale: une machine à broyerIsabelle Dignocourt – papier – chroniqué – 223p
    RésuméProfesseur de lettres classiques à Roubaix et Tourcoing pendant plus de vingt ans, Isabelle Dignocourt incarne la crise de l’Éducation nationale. Fille d’ouvriers, Isabelle a choisi d’enseigner le français et les langues anciennes par passion et parce qu’elle voulait partager son amour des mots et de la culture antique avec des élèves pour la plupart issus de milieux modestes. Cette envie de transmettre ne l’a pas quittée, mais sa colère contre la machine administrative qu’est l’Éducation nationale n’a cessé de croître au rythme de la valse des ministres. Treize en vingt-cinq ans ! De réformes en rapports, et de rapports en réformes, concoctés par les technocrates de la rue de Grenelle adeptes de la novlangue, l’auteur constate (hélas, elle est loin d’être la seule) que l’école va de plus en plus mal. L’Éducation nationale est une machine aveugle et inhumaine qui broie les professeurs et leur ôte toute liberté. Face à ce désastre, Isabelle appelle à la résistance : laissons les professeurs faire leur travail, afin que l’école redevienne un lieu de transmission de tous les savoirs !
  • C’est où, le nord?Sarah Maeght – papier – chronique programmée pour le 2 octobre – 288p

Soit un total de 7 arrivages et  5 livres et 1308 pages lus en ce mois de septembre soit par rapport au mois dernier: -4 réceptions, +1 livre lu et -145 pages de lues.

On lit quoi ? La Blogo lit quoi? – #9 – La sélection de Septembre

Tout d’abord un petit point sur le projet « La Blogo lit quoi? » organisé par La Frog Family…

logo

  • C’est quoi l’idée?
    L’idée c’est de rassembler chaque mois dans un même article, les chroniques littéraires des blogueurs et blogueuses qui souhaitent jouer le jeu 😉 et de proposer ainsi toute une sélection de coup de coeur du mois. Cela permet à chacun (participant ou non) de découvrir des livres mais aussi des blogs avec leur univers, cela permet à chaque lecteur du blog de trouver son bonheur 😉 et ainsi pourquoi pas de laisser un petit commentaire pour nous dire qu’il a découvert un coup de coeur grâce à nous (ce serait génial).

 

  • Si je souhaite participer je fais comment?
    Et bien c’est facile! Vous envoyez le lien de la chronique de votre coup de coeur à lafrogfamily@gmail.com au plus tard le 29 octobre 20h pour le mois prochain.

 

  • Dois-je forcément participer tous les mois si je me lance? 
    Pas du tout!
    !! En tant que lecteur/lectrice, nous n’avons pas un coup de coeur tous les mois , toute l’année… (ce serait merveilleux cela dit), pour autant vous pouvez envoyer vos belles découvertes même si elles ne sont pas « parfaites » 😉 . Et si c’était un mois sans? alors pas de soucis 😉 attendons le mois prochain 😉 aucune obligation de participation!

 

  • Enfin, que vous participiez ou non, n’hésitez donc pas à laisser un petit commentaire sous les articles « La Blogo lit quoi? » en donnant le livre qui vous a donné le plus envie 😉 et dites nous pourquoi 😉 est ce le résumé? L’univers? la chronique de notre ami(e) blogueur(se)? C’est toujours agréable d’avoir des retours 😉

 

Allez c’est fini si vous avez d’autres questions contactez moi je me ferais une joie de vous répondre 😉 Place maintenant à la sélection de janvier…


 

Entamons cette nouvelle sélection avec le coup de coeur de Jennifer de La plume de Jennifer qui nous parle du second tome de la saga Outlander intitulé  » Le talisman » de Diana Gabaldon. Déjà le premier tome l’avait conquise, le second l’a tout autant charmée 😉 .

 

Adely de chez « Lecture enfant -parent » nous fait découvrir un titre de Marc Lévy qu’elle a beaucoup apprécié  » Le premier jour  » un roman qui fait voyager l’esprit 😉

Fée Choco de « Notre bibliothèque cocon » nous fait découvrir « Le langage des fleurs » d’Erika Boyer, une romance contemporaine qui lui a beaucoup plu.

Pour ma part, je vous propose de découvrir un livre document très enrichissant et très instructif sur l’Ecole et sur l’Education nationale. Un document écrit par une professeur de lettres classiques en colère et désabusée par les nombreuses réformes qui altèrent chaque fois un peu plus la qualité de l’enseignement donné à nos enfants, il s’agit de « L’Education nationale, une machine à broyer » d’Isabelle Dignocourt

Sandra de Bibliblog nous présente un livre qui je sais d’avance ravira un de mes fidèles ( n’est-ce pas l’ami breton? 😉 ^^) « Bakhita »  de Véronique Olmi

Célestine de Des mots dans ma bibliothèque nous revient avec « Le saut de la carpe » de Bruno Heckmann un roman sur la grossesse vue du côté des papas  qui me semble très intéressant.

Héliéna de Mes écrits d’un jour, nous embarque dans un roman plein d’humanité avec « Ces rêves qu’on piétine » de Sébastien Spitzer

Melle Bulle nous présente « La maison d’à côté » de Lisa Gardner, un polar qui a su la surprendre,

 

Aurélie de Nos lectures, Nos passions, nous fait découvrir une belle histoire d’amour homosexuelle racontée avec brio avec  » Undisclosed Desires – Tome 1 » de Maud Cordier ( pour ma part j’aime beaucoup cette couverture!)

Alors dites-nous, quels titres vous font envie?

Merci à toutes les blogueuses qui ont joué le jeu pour cet article de « La Blogo lit quoi? » et nous vous donnons rdv fin octobre pour la prochaine sélection.

On lit quoi? – « L’éducation nationale, une machine à broyer » – Isabelle Dignocourt

L’éducation nationale, une machine à broyer – Isabelle Dignocourt – Editions « Editions du Rocher » – 223p – format papier

Résumé : Professeur de lettres classiques à Roubaix et Tourcoing pendant plus de vingt ans, Isabelle Dignocourt incarne la crise de l’Éducation nationale. Fille d’ouvriers, Isabelle a choisi d’enseigner le français et les langues anciennes par passion et parce qu’elle voulait partager son amour des mots et de la culture antique avec des élèves pour la plupart issus de milieux modestes. Cette envie de transmettre ne l’a pas quittée, mais sa colère contre la machine administrative qu’est l’Éducation nationale n’a cessé de croître au rythme de la valse des ministres. Treize en vingt-cinq ans ! De réformes en rapports, et de rapports en réformes, concoctés par les technocrates de la rue de Grenelle adeptes de la novlangue, l’auteur constate (hélas, elle est loin d’être la seule) que l’école va de plus en plus mal. L’Éducation nationale est une machine aveugle et inhumaine qui broie les professeurs et leur ôte toute liberté. Face à ce désastre, Isabelle appelle à la résistance : laissons les professeurs faire leur travail, afin que l’école redevienne un lieu de transmission de tous les savoirs !

Mon avis : Je vous habitue plus à des chroniques de romans que de documents. Cette année je vous ai parlé déjà de « Perles de profs: leurs meilleures excuses bidon » de Stéphane Furina mais c’est tout… Enfin ce n’est plus le cas puisque je vais vous présenter un document aujourd’hui… Toujours avec l’école en fil de trame, toujours écrit par un professeur, toujours écrit par un professeur de ma région . Mais les points communs s’arrêtent là.

Si je me suis intéressée à cet ouvrage, je dois dire avec honnêteté que c’est premièrement parce que j’aime assez promouvoir des auteurs de ma région, mais qu’en plus à la lecture du titre, ça sentait le coup de gueule à plein nez , et vous le savez… je suis en colère après l’Education Nationale… Bon pas pour les mêmes raisons, ou du moins au moment de la découverte de ce livre je ne l’étais pas encore pour les raisons qui fâchent Isabelle Dignocourt, sûrement par ignorance de la situation. Isabelle a gentiment accepté de me faire découvrir en service presse son ouvrage. Et puis j’ai relu le résumé et je me suis posée des questions… (Pardon Isabelle mais oui j’avoue j’ai été de celles qui ont mal pensé) du genre « Est-ce que ce livre va être celui d’une prof qui en demande plus pour elle même?  » ou « S’agit-il d’un discours prônant plus de facilité dans le métier de professeur , ne pensant QUE à leur statut ? (Statut envié pour beaucoup il faut le dire). Et je me suis dit que la meilleure façon de répondre à mes questions était de me jeter dans la lecture de ce livre… c’est chose faite.

Isabelle Dignocourt est professeur de lettres classiques et son ouvrage est un mélange entre le coup de gueule assumé d’une professeur en colère et le cri de désespoir d’une professeur qui voit bien que l’Education Nationale mène les enfants, les nôtres mais aussi les siens à une perte assurée. Son discours n’est pas celui d’une enseignante qui crie pour conserver ses intérêts, (quels intérêts d’ailleurs?  si vous enviez les professeurs et leur condition j’ai envie de vous dire de lire ce livre et croyez-moi ça donne beaucoup moins envie, moi ça force même mon admiration!); son discours c’est celui d’une enseignante qui voit que ce qui est inculqué à nos enfants est de plus en plus réduit. Que les fondations du savoir de nos ados ne sont pas très solides… Pas parce que ce sont des fainéants, pas parce que leurs profs se reposent sur leurs lauriers, non! Parce que là haut, là où se décide les grands changements de notre Ecole on joue au concours de celui qui dégainera l’idée la plus absurde. Alors oui ! le progrès c’est bien. S’adapter c’est bien aussi mais je pense que pas à n’importe quel prix… Et là le prix à payer est assez exorbitant…

Isabelle Dignocourt ne nous conte pas l’histoire de l’Education Nationale de sa création à nos jours, non , elle nous raconte avec une plume agréable et fluide, finalement comme si elle nous parlait, son propre vécu. Son parcours personnel et surtout professionnel. Elle nous explique les ministres qui, depuis le début de son professorat, sont passés par l’Education Nationale et leurs bonnes, moins bonnes ou mauvaises idées. Isabelle nous aide à comprendre en vulgarisant le jargon politique et c’est une des raisons pour lesquelles je pense que ce livre est à lire par tous les parents. Ce livre est très sincèrement très riche d’enseignement. Il nous permet de comprendre les enjeux de telle ou telle réforme et chaque fois… ça fait peur! Peur parce qu’au fil des pages on comprend bien que la situation va de mal en pis et pourtant personne pour redresser le navire pour de vrai , pour de bon.

Chronologiquement, ce livre se termine au moment de la dernière élection présidentielle et donc le 14e ministre n’y est pas abordé. Je vais pouvoir avoir la chance de rencontrer Isabelle et je ne manquerais de l’interroger sur celui-ci, entre autres, avant de venir vous reparler de son combat.

Parce qu’il s’agit là de son combat, de celui de tant d’autres professeurs, et de parents aussi qui veulent que l’on arrête ce que je qualifie de nivellement par le bas, d’expérimentations honteuses qui influeront sans aucun doute sur l’avenir de nos enfants.

Je conseille ce livre à tous, parents, professeurs mais pas que!

Ma note sur 5 : ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

Si vous souhaitez le découvrir, retrouvez-le  ICI  mais aussi dans les librairies Alpha B de Aire sur la lys, Saint-Omer, Bethune. 

 

Eirine et ses lectures

À qui sait bien aimer il nest rien dimpossible.

Lirevivre

Les lectures d'Imagimarion

Lire à la folie

"Privé de la lecture, je serais réduit à n'être que ce que je suis." L'Enfant des Limbes, Jean-Bertrand Pontalis

Les notes de Grâce M.

Je lis, j'écris, je vis

L'ourse bibliophile

Brimborions et broutilles. De simples mots sur un livre, un film...

Lula Papote

Blog littéraire et autre blablas

La paupiette culturelle

A la recherche d'un avenir...

dear ema - blog littéraire

a book, a coffee, a cat

La Voleuse de Marque-pages

"Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait apaisé" Diderot

À travers les mots

à travers mes mots , je vous donne mon avis .

sireadbooks

Amatrice et chroniqueuse livresques